Transferts

Agence Régionale de l'Innovation en Occitanie

 

 

 

Actualités Transferts

11 Avril 2014
Publié par: 
Catherine Privat
Responsable de la communication
partagez sur: 

cHERCHEURS D'AVENIR 2013

La région Languedoc-Roussillon récompensent ses chercheurs d'avenir avec l'expertise de l'Agence Régionale de l'Innovation Transferts LR

Pour rappel, depuis 2004, la Région soutient les universitaires et les scientifiques dans la concrétisation de leurs projets. La Région accompagne ainsi les jeunes scientifiques de talent dont les projets ont un impact socio-économique en Languedoc-Roussillon. En 2009 et 2011, elle avait lancé deux appels à projets « Chercheur(se)s d’avenir » : 70 projets ont été ainsi soutenus pour un montant total de 5,5 M€.

L’appel à projets 2013 a rencontré un vif succès avec 101 candidatures. 19 lauréat(e)s ont été retenu(e)s et recevront une aide régionale de 10 000 €à 70 000 € pour un projet de trois ans. Au total, la Région attribue à ces chercheurs un soutien de 1 M€qui permettra de mener à bien leur projet dans les meilleures conditions et avec la plus grande liberté, gage de créativité. Les projets sélectionnés représentent différents pôles scientifiques et répondent à des objectifs socio-économiques, environnementaux, culturels et sociétaux.

Les candidat(e)s sont des chercheurs et enseignants-chercheurs du Languedoc-Roussillon. Les dossiers présentés en septembre 2013 ont été instruits par les services de la Région, en s’appuyant sur un panel de 300 experts scientifiques indépendants et extra-régionaux et sur l’avis du Comité Arago, comité consultatif régional de recherche et de développement technologique. L’impact socio-économique des projets a été analysé avec l’aide d’experts industriels des Conseils d’Orientation Scientifiques, Techniques et Industriels (COSTI) de Transferts-LR, agence régionale de l’innovation.

Les critères de sélection ont été les suivants :
- excellence scientifique du projet,
- qualités scientifiques et managériales du chercheur,
- qualité et complémentarité de l’équipe,
- impacts socio-économiques du projet.
 
Les lauréat(e)s 2013 sont âgé(e)s de 33 ans à 40 ans, avec un âge moyen de 36 ans. 37% d’entre eux sont des femmes, soit un pourcentage identique à celui des candidatures déposées. 5 domaines d’excellence de la recherche sont représentés avec une prédominance du pôle Biologie santé (47 % des candidatures et 37 % des lauréats). Ces lauréats représentent des établissements d’enseignement supérieur et de recherche régionaux et nationaux.

Dans le Gard, on peut relever deux distinctions, tous dans le domaine de l’eau. Ingrid BAZIN, 38 ans, Chargée de recherche à l’École des mines d’Alès pour un projet autour des peptides pour flasher les pesticides dans nos rivières.

Et le Laboratoire du Génie de l’Environnement Industriel (LGEI) dirigé par Miguel LOPEZ-FERBER sous la tutelle de l’Unité de l’Ecole des Mines d’Alès. Le Centre de recherche LGEI, fort de ses 50 chercheurs dont 23 enseignants-chercheurs, 12 techniciens et ingénieurs de recherche, 15 doctorants, développe des thématiques de recherche sur trois vastes domaines comme le risque naturel et industriel, les pollutions olfactives, l’écologie industrielle et l’évolution des hydrosystèmes. Il a pour autre mission de former les élèves ingénieurs aux problématiques environnementales étudiées dans ses laboratoires.
 
Les dix-neuf chercheurs récompensés :
-  Guillaume Bossis (37 ans) – De nouvelles pistes pour le traitement des leucémies
- Jean-Charles Brès (39 ans) – Sécuriser les transfusions sanguines par un test sanguin rapide
- Jérôme Moreaux (34 ans) – Vers une médecine personnalisée des patients atteints de myélome
- Julie Perroy (38 ans) – De nouvelles thérapies pour le traitement du retard mental
- Cyril Rivat (38 ans) – Améliorer le diagnostic et le traitement des douleurs chroniques pour une meilleure prise en charge des patients
- Ariane Sultan (40 ans) – Les bienfaits du vin rouge... sans l'alcool !
- Lauriane Ulmann (36 ans) – Comprendre les mécanismes des douleurs neuropathiques et des maladies neurodégénératives pour mieux les traiter
- Umit B. Demirci (37 ans) – Vers une pile auto-rechargeable
- Magali Gary-Bobo (37 ans) – Utiliser des nano-objets biodégradables pour le traitement du cancer
- Florian Monnier (37 ans) – Procédés de synthèse innovants et durables pour le développement de médicaments
- Benjamin Nottelet (36ans) – Créer des implants médicaux détectables pour le suivi clinique
- Sébastien Cunnac (38 ans) – Améliorer des plantes d'intérêt agronomique
- Caroline Montagnani ( 40 ans) – Préserver les huîtres d'un virus de type herpès
- Ingrid Bazin (38 ans) – Des peptides pour flasher les pesticides dans nos rivières
- Gaël Plantard (37 ans) – De nouveaux procédés pour le traitement des eaux polluées
- Iris Brémaud (36 ans) – Comprendre la mécanique du bois pour la facture des instruments de musique
- Andrea Cherubini (36 ans) – Vers un robot de l'usine du futur
- Vincent Jourdain (37 ans) – Créer de nouvelles méthodes de détection des petites molécules