Transferts

Agence Régionale de l'Innovation en Occitanie

 

 

 

Actualités Partenaires

9 Octobre 2013
Publié par: 
Catherine Privat
Responsable de la communication
partagez sur: 

Le prix Nobel de physique 2013 est attribué au Belge François Englert et au Britannique Peter W. Higgs

Deux laboratoires montpelliérains associés au Nobel de Physique : LUPM et l'IFAC
 
Le prix Nobel de physique 2013 est attribué au Belge François Englert (81 ans), de l'université libre de Bruxelles, et au Britannique Peter Higgs (84 ans) de l'université d'Édimbourg, pour la découverte de la particule élémentaire dite « boson de Brout-Englert-Higgs » (1).
 
La ministre française de l'Enseignement supérieur et de la Recherche Geneviève Firoaso, qui adresse ses plus vives félicitations aux physiciens, rappelle que la confirmation de cette hypothèse théorique par l'observation « a pu être faite au Cern, grâce au plus puissant accélérateur de particules au monde, le HLC (Grand collisionneur de hadrons), et à la mobilisation de toutes les équipes internationales dont de très nombreuses équipes de la recherche publique française, CNRS, CEA et universités ».
 
Deux laboratoires montpelliérains associés au Nobel de Physique
Les chercheurs du groupe IFAC (Interactions fondamentales astroparticules et cosmologie) des laboratoires montpelliérains Charles Coulomb et Univers et Particules de Montpellier sont directement concernés par l’attribution du prix Nobel de Physique aux travaux de recherche portant sur la découverte du boson de Higgs.
Les deux structures appartenant au CNRS et à l’UM 2 travaillent sur les extensions supersymétriques du modèle standard qui pourraient résoudre le problème de stabilité de la masse du boson de Higgs.
Ces derniers produisent également des codes informatiques nécessaires à l’analyse des données servant de base aux expériences menées par les deux physiciens récompensés par le Nobel 2013.

François Englert est ingénieur électricien-mécanicien, diplômé de l'ULB (université libre de Bruxelles) en 1955 et docteur en sciences physiques en 1959 de la même université.
D'abord « research associate » (1959-1960) puis « assistant professor » (1960-1961) à l'université Cornell (États-Unis), il devient professeur à l'ULB de 1964 à 1998.
Entre 1980 et 1998, il dirige avec Robert Brout l'unité de physique théorique de cette université, dont il est professeur émérite depuis 1998.

Peter Higgs a obtenu son doctorat de physique moléculaire du King's College de Londres (Royaume-Uni) en 1954.
Il commence sa carrière comme chercheur à l'université d'Édimbourg de 1954 à 1956 avant d'occuper différents postes à l'Imperial College de Londres et à l'University College de Londres. En 1960 il retourne à l'Université d'Édimbourg comme chargé de cours puis comme maître de conférence (1970). Il y obtient en 1983 une chaire de physique théorique.
Il est depuis 1991 professeur émérite à l'université d'Édimbourg.

 
Peter Higgs a obtenu son doctorat de physique moléculaire du King's College de Londres (Royaume-Uni) en 1954.
Il commence sa carrière comme chercheur à l'université d'Édimbourg de 1954 à 1956 avant d'occuper différents postes à l'Imperial College de Londres et à l'University College de Londres.
En 1960 il retourne à l'Université d'Édimbourg comme chargé de cours puis comme maître de conférence (1970). Il y obtient en 1983 une chaire de physique théorique.
Il est depuis 1991 professeur émérite à l'université d'Édimbourg.


 
1) Le troisième chercheur à l'origine de cette découverte, le Belge Robert Brout, est décédé le 3 mai 2011.
 
Source : AEF Info